Société Royale Moncrabeau

Namur - Province de Namur
ORIGINES:
La Royale Moncrabeau est probablement la société folklorique la plus ancienne de Wallonie. Fondée officiellement en 1843, ses origines remontent cependant à la fin du XVIIIème siècle.Vers 1788, le « Cercle des Canaris » prit naissance au faubourg de la Plante. C’était une sorte de cabaret littéraire à l’imitation du « Caveau de Paris ». Il était animé par de joyeux compagnons qui cultivaient la chanson wallonne; ils s’occupaient également des collectes pour secourir des malheureux.Pendant les événements de la fin du siècle (révolution Brabançonne, occupation française, guerre de Napoléon), il n’est pas fait mention du cercle, mais il reparaît sous un autre nom: le « Cercle des Minteurs » (menteurs) sous le régime hollandais. Après une nouvelle éclipse, on trouve, peu après 1830, « Li Cabinet des Mintes » établi dans un cabaret de la Plante.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

EVOLUTION:
En 1843, un groupe fait sécession et s’établit à Namur. Il choisit le nom de Moncrabeau, nom d’une localité de Gascogne dont les habitants ont la réputation d’être les déterminés menteurs de la région et avaient constitué une « Diète générale de la Blague » qui délivrait des diplômes de menteurs, après examen sur la « Pierre de Vérité ». Se considérant comme une filiale de Moncrabeau de Gascogne, le nouveau groupe adopta son nom. Il abandonna le nom de « Minteûr » pour celui de « Molon » (au sens propre: larve de hanneton; au sens figuré: un homme un peu toqué, mais dans le meilleur sens du terme, quelqu’un qui sort de l’ordinaire dans le domaine de la fantaisie).

La société fut réorganisée sur des bases nouvelles: c’est ainsi que naquirent les « Quarante Molons », 40 comme à l’Académie Française! Son premier directeur fut Nicolas Bosret. C’est à lui que revient l’idée d’avoir présenté ses musiciens suivant des rites particuliers.Le succès des concerts organisés par Moncrabeau permit à la société de réaliser les buts philanthropiques que lui assigne sa devise « Po les Pôves » (pour les pauvres).Dans le domaine de la littérature dialectale également, Moncrabeau a joué à Namur un rôle de tout premier plan: Charles Wérotte y a été l’âme d’une équipe d’excellents littérateurs wallons.Tout ceci explique la popularité dont jouissent à Namur les « Quarante Molons ». Mais leur réputation dépasse le cadre local: jumelés avec Moncrabeau de Gascogne, ils se rendent régulièrement en France où ils sont bien connus.

 

      libiabouquet

 

DESCRIPTION:
Pas de fête un peu importante à Namur sans que les Quarante Molons apparaissent sur leur char où ils s’étagent sur une estrade ayant la forme d’un trapèze isocèle. Leur costume, très spectaculaire et haut en couleurs, fut créé en 1848 par l’artiste peintre Nicolas Jomouton. Il marie les couleurs belges et françaises: souliers et chaussettes noires; guêtres de cuir rouge ornées d’arabesques d’or; culottes cavaliers noires portant sur chaque jambe deux losanges dorés, l’un dans l’autre; juste au corps de cuir noir arborant sur la poitrine le blason de la société; ceinture blanche frangée d’argent; manches de chemise blanches garnies de manchettes de cuir rouge, décorées à la façon des guêtres; cape bleue à la mousquetaire, bordée de deux galons dorés et doublée de soie blanche; collerette blanche tuyautée sur trois rangs; chapeau noir en forme de cône tronqué, garni de rouge et or, portant le chiffre « 40 » et le sigle « M ».

L’orchestre, de la plus haute fantaisie également, fut constitué par le musicien aveugle Nicolas Bosret. Des instruments anciens y voisinent avec des mirlitons aux formes les plus bizarres, des instruments cocasses (notamment une petite vache), sans parler de quelques instruments modernes. Nicolas Bosret écrivit des partitions adaptées à cet orchestre d’un genre inusité.

Celui-ci exécute aujourd’hui des airs folkloriques appropriés lors des combats des Echasseurs Namurois, pendant le jeu du drapeau et la Danse Macabre. Mais la principale de son répertoire est « Li Bia Bouquet », chant officiel de la ville, également composé par Nicolas Bosret.

Le char des Quarante Molons ferme traditionnellement la marche de tous les cortèges historiques. L’orchestre donne également un concert de gala annuel au parc Louise-Marie.

La société participe aux principales fêtes namuroises, notamment aux fêtes de Wallonie en septembre.