Mesnie Dol Haguète du Mâm’dî

Malmedy - Province de Liège
HISTORIQUE DU GROUPE:
Lu Mesnie Dol Haguète Du Mâm’dî, fondée le 15 mars 1966, est un groupe folklorique présentant en particulier la Haguète, la figure la plus représentative du carnaval malmedien, et en général les autres masques traditionnels de Malmedy (Hârlikins, Pièrots, Sotês, Sâvadjes, Sâvadjes sayèts, Vèheus, Longs-Nés, Lonkès-brèsses, Longs Ramons, Gros Bol’djîs, Cwapîs, etc…).

Depuis le carnaval 1968, la Mesnie prend part au cortège du dimanche après-midi, accompagnée d’une fanfare.

Outre ses activités à Malmedy, la Mesnie a eu l’occasion de présenter le folklore carnavalesque malmédien à diverses manifestations à la télévision (« Feux Croisés », « Visa pour le Monde », « Feux Verts », « A qui le Gant », « Tour de Chance », « Wallons Nous », « Comme Chez Vous »), et lors de festivités folkloriques à Bruxelles, Liège, Namur, Olloy-sur-Viroin, Essen (D), Cochem (D), Biarritz (F), Beaune (F), etc…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

LES FESTIVITES CARNAVALESQUES:

Malmedy fait précéder son carnaval de 4 Jeudis Gras ou p’tites haguètes à la faveur desquels les malmédiens fourbissent leurs armes pour le combat des grantès haguétes (4 jours de carnaval).

Le samedi midi, l’annonce des festivités est proclamée aux différents coins de la ville par la « Grosse Police » au son du pittoresque « clabot » (cloche du crieur public communal). Le « Cwarmê » (carnaval) est ouvert par le « Trouv’lê », personnage dont l’attribut est une longue pelle de bois reçue des mains du plus haut magistrat de la ville, symbole de son pouvoir sur la cité pendant quatre jours.

Dés le samedi, avant la quinquagésime sortent plusieurs cortèges précédant la grande parade carnavalesque du dimanche. Les festivités du dimanche sont introduites par la danse de la Haguète sur la place Albert 1er, suivie de la grande parade qui bénéficie des participations du samedi soir, mais qui s’enrichit des nombreux masques traditionnels.

Cette grande parade du dimanche est la démonstration la plus spectaculaire offerte aux étrangers. Ceux-ci se pressent tout le long du parcours et comprennent bien vite qu’il faut rentrer dans le jeu des « masqués » et qu’il faut subir les rôles avec bonne humeur. C’est cet accord tacite qui donne au cortège son mouvement et qui le distingue des défilés conventionnels.

Le lundi est la journée des « rôles », revues satiriques en dialecte wallon, jouées sur des scènes ambulantes par les deux sociétés chorales la « Royale Union Wallonne » et la « Royale Malmedienne ».

Le mardi est la journée des « mâssis toûrs » qui voit déambuler dans les rues toutes les sociétés locales: « les grosses tièsses » de la Mesnie, « les Ardennais et Ardennaises » de la Royale Malmedienne, « la Noce » de la Royale Union Wallonne, etc… Le soir, la fin de la période carnavalesque est marquée par « Lu Broûlèdje dol Haguète » au cours duquel est brûlé en effigie le carnaval défunt.